Animaux protégés en Croatie

Animaux protégés en Croatie

Bien que la faune de Croatie soit encore riche et variée, grâce à sa position géographique, son histoire géologique, ses conditions climatiques et nombreuses zones protégées, certaines espèces ne sont pas épargnées des risques pouvant entrainer leur disparition et dont l'instigateur reste comme presque toujours l'homme lui-même. Pollutions des eaux, des sols et de l'air, agriculture intensive, transformation des cours d'eau, décharges illégales de déchets, développement des zones de construction, d'infrastructures de transports, tourisme de masse combinés à de nombreuses autres activités humaines entraînent indirectement ou directement la disparation d'espèces animales. Les prélèvements issus des activités de la chasse et de la pêche ainsi que l'introduction de variétés animales allochtones sont autant d'autres menaces pour les espèces, dont certaines sont endémiques et reliques, signifiant qu'elles vivaient dans le passé sur un territoire beaucoup plus vaste qu'aujourd'hui.

 

On dénombre en Croatie environ 400 espèces d'oiseaux, dont 230 vivent en nidation, ce qui situe ce pays parmi les premiers en Europe pour sa diversité et faune ornithologique. La plupart des espèces d'oiseaux se repartie largement sur les territoires même si quelqu’une se concentrent sur des zones précises. Par exemple, les mouettes méditerranéennes ne se rencontreront exclusivement qu'à l'extrême sud du pays, les vautours fauves ou griffons uniquement dans l'archipel du Kvarner, le grand tertras ou Grand coq de bruyère dans le massif du Velebit et la zone du Gorski Kotar et l'aigle pomarin dans les zones inondables aux abords de la rivière Sava.

 

Si vous vous demandez qu'elle est le plus petit oiseau de Croatie, la réponse est aussi lourde qu'une cuillérée de sucre, c'est à dire 5 grammes et correspond exactement au poids du Roitelet à triple bandeau.

A l'inverse et de l'autre côté de l'échelle, on retrouve deux géants de Croatie, le vautour fauve ou griffon et le Pygargue à queue blanche qui développent une envergure d'ailes de plus de 2 mètres.

Par ailleurs, la population de spatules blanches (Platalea leucordia) en Croatie est si peu représentée qu'il s'agit d'une espèce strictement protégée. Sa nourriture se compose de poissons, grenouilles, larves d'insectes et de crabes. Cette espèce déniche ses bouchées à l'aide son bec étrange ressemblant à une grande cuillère et à partir de laquelle elle tire son nom.

 

Vous avez peut-être beaucoup de sympathie et de respect pour les hiboux, oiseaux synonymes de sagesse. L'un des espèces de hiboux les plus nombreuses en Croatie est celle du Hibou moyen-duc, qui a reçu son nom en raison des deux longues plumes caractéristiques qu'elle porte sur la tête qui, une fois relevées, ressemblent à des oreilles.

 

Dans les zones montagneuses croates et les forêts de hêtres et de sapin, vivent les grands prédateurs tel le loup, l'ours et le lynx, animaux ayant disparus d'Europe de l'ouest. On y trouve également d'autres grands mammifères tels les sangliers, chevreuils, cerfs et chamois ainsi qu'un nombre important d'oiseaux et d'autres espèces caractéristiques des montagnes. Le lynx est le plus grand félin d'Europe. On estime que vivent en Croatie aujourd'hui environ 40 à 60 spécimens repartis sur les zones de la Lika et du Gorski Kotar et de Ćićarija.

Nenad Rebršak

L'animal a qui l'on associe des qualités particulières d'habileté et de mobilité sous l'eau, la loutre, est très présente aux bords des rivières croates et à proximité des étangs et pisciculture.

Dans les montagnes de Croatie vivent également de petits prédateurs tel la martre, le blaireau et le renard, ainsi que des reliques de petits rongeurs des Dinarides tel le Campagnol de Martino et le Lérot (caryotype d'Eliomys quercinus).

 

Malgré la peur de l'homme pour les serpents, ceux-ci jouent un rôle important dans la nature et la plupart d'entre eux, en Croatie, sont strictement protégés par la loi. Dans les zones montagneuses, il est possible de croiser les espèces vénéneuses mais protégées telle la vipère cornue ou la vipère d'Orsini.

 

La peur des grands prédateurs est plutôt exagérée car sans réels fondements. Bien qu'aient été signalées plusieurs rencontres rapprochées entre l'homme et l'animal, peu d'informations subsistent relatant des attaques de grands prédateurs sur l'homme. Vous noterez que tous la plupart des prédateurs sauvages sont prudents voire peureux et fuiront devant l'homme, à moins qu'ils ne se sentent menacés.

On rencontre souvent dans les jardins de Dalmatie des tortues d'Hermann encore appelées tortue des Maures. Il s'agit également d'une espèce protégée par la loi et qui est une victime des changements climatiques, de son prélèvement excessif, des incendies et de sa vente sur le marché noir.

En visitant et résidant sur le littoral maritime de Croatie, avec un peu de chance, vous pourriez voir sur les murets des jardins de votre appartement, des geckos nocturnes (Hemidactylus turcicus), qui est le symbole de l'île de Lošinj. Il s'agit ici d'un petit animal extrêmement habile, capable de grimper entièrement à la verticale, grâce aux petites ventouses qui se trouvent sous ses cinq petits orteils.

La Croatie peut se targuer de posséder une faune cavernicole très riche. Le coquillage des cavernes le plus connu au monde est le Congeria kusceri des Dinarides, petit mollusque bivalve des grottes, relique endémique des Dinardies.

 

Dans les profondeurs des Dinarides se cachent la Salamandre des grottes encore appelée Protée anguillard ou poisson humain. Il s'agit du seul vertébré vivant sous terre et un des rares à s'être entièrement acclimaté aux conditions extrêmes des grottes. C'est une espèce endémique du milieu d'eau douce souterrain et karstique des Dinarides qui se répartit dans toutes les zones de cavités souterraines allant de l'Istrie à Dubrovnik. Elle constitue une richesse naturelle majeure du pays.

 

En Croatie on recense pratiquement toutes les espèces de chauve-souris existantes en Europe, soit un peu plus de 30 et toutes sont protégées par la loi. Ces animaux très timides, sont les seuls mammifères qui peuvent voler très longtemps. Il s'agit d'animaux très utiles car se nourrissant d'insectes parfois nuisibles pour l'homme.

 

Un des poissons d'eau douce les plus menacés est la truite à bouche molle, qui habite les rivières karstiques, propres, froides et riches en oxygène. C'est une variété endémique du milieu et du sud du bassin Adriatique.

 

La mer Adriatique se caractérise par une importante biodiversité dans laquelle on retrouve de nombreuses et rare espèces d'escargots marins tels le Dolium géant, le Charonia ou la grande Mitre.

 

Les baleines et dauphins vivent dans les mers et les océans et on peut en trouver dans la mer Adriatique. On différencie de nombreuses espèces parmi ces magnifiques animaux marins et chacune d'entre elles est protégée en Croatie par la loi et il est interdit de les pêcher ou de la menacer d'une quelconque manière.

Dans la mer Adriatique vivent 220 individus de grands dauphins et un nombre un peu inférieur de dauphin commun à bec court.

Blue World Institute

Le phoque moine de méditerranée (Monachus monachus) ou l'homme marin, est l'une des espèces de mammifères marins les plus menacés et le phoque le plus rare au monde.

On estime que vivent en Méditerranée environ 200 individus. La dernière capture d'un phoque moine en mer Adriatique remonte à 1960 à proximité de l'île de Vis.

 

Le corail est à juste titre considéré comme le trésor rouge de l'Adriatique. On entend souvent dire que le corail est d'origine minérale par son squelette, une plante par son aspect physique mais il s'agit d'un véritable animal. Le corail est très friable et on les détruit fréquemment par les jets d'ancres de bateaux et les plongeurs irresponsables. En raison de son commerce, comme souvenir et bijou, certaines espèces comme le corail rouge a pratiquement disparu.


Depuis 1995, la datte de mer ou moule lithophage est une espèce protégée de coquillage qui ne peut être prélevée des fonds marins. 

Goran Šafarek

La grande Nacre est une espèce protégée en Adriatique, qui vit sur les zones ensablées, faisant d'elle une composante importante des plaines végétales sous-marines.

Avec le développement du tourisme, son habitat s'est profondément réduit notamment en raison de l'utilisation de sa coquille pour de l'ornement et sa destruction par les ancres de bateaux. En raison de la pêche intensive, non sélective et malheureusement du fait de pêches illégales, de nombreuses espèces de poissons sont menacées dans l'Adriatique.

 

Les gens récupèrent régulièrement comme souvenir de nombreuses espèces marines du type : éponges, coquillages, étoiles de mer, oursins, escargots, mais des prélèvements trop réguliers engendrent d'importantes conséquences néfastes et contribuent à déséquilibrer le milieu naturel. C'est une pratique qui n'est pas à encourager car la place de ses espèces est et reste dans la mer !

Il s'agit principalement des espèces de poissons cartilagineux ( Chondrichthyes) tels le requin bleu ou grands prédateurs comme le thon ou l'espadon et d'autres espèces économiquement prisées.

Miro Andrić

Les Hippocampes sont une espèce menacée en Adriatique. Cette créature marine douce et innocente est une proie très facile des plongeurs qui ne comprennent pas qu'il s'agit d'être vivant et non pas des souvenirs à emporter.

Il est important de garder à l'esprit qu'il est interdit de chasse et pêcher les espèces strictement protégées, de déranger de quelque manière et particulièrement durant la période de reproduction, d'élevage des portées, de migrations et hibernations, de détruire de façon intentionnelle les nids et couvées ainsi que les zones où vivent et se reproduisent les animaux. Sachez que la loi prévoit des sanctions notamment financières en cas de non-respect de ces règles de cohabitation et d'infraction aux lois de la protection animale.